CO₂ Solutions annonce les résultats financiers du deuxième trimestre 2019 et fait la mise à jour sur le projet de Saint-Félicien

28 mai 2019
TSX-V : CST
 

Québec, le 28 mai 2019 – CO2 Solutions Inc. (la « Société » ou « CO2 Solutions ») (TSX-V : CST) a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour la période de trois mois close le 31 mars 2019. Les états financiers consolidés intermédiaires résumés détaillés et le rapport de gestion de la Société seront disponibles sur SEDAR au www.sedar.com.

Faits marquants pour la période de trois mois close le 31 mars 2019 et évènements subséquents

Mise à jour sur projet Saint-Félicien – La mise en service est complétée et l’Unité est opérationnelle


Le 14 mars 2019, la Société a annoncé que la mise en service de l’unité de capture du CO2 avait officiellement débuté. Ce démarrage a été précédé de vérifications pré-opérationnelles réussies de chacun des systèmes de l’unité de capture, après quoi l’unité a été mise en service et les premières tonnes de CO2 ont été captées. La Société a également annoncé qu’elle augmenterait ensuite le taux de capture global pour valider la capacité nominale de l’unité, soit 30 tonnes de CO2 par jour. Il s’agit du premier projet commercial de la Société avec Fibrek General Partnership, une filiale de Produits forestiers Résolu Inc. (TSX : RFP) (NYSE : RFP) et Serres Toundra Inc. Le projet comprend le déploiement d’une unité de capture du CO2 de 30 tonnes par jour (tpj) et d’équipement auxiliaire à l’usine de pâte de Résolu à Saint-Félicien, Québec, et la réutilisation commerciale du CO2 capté dans le complexe serricole adjacent de Serres Toundra.

La construction de l’unité de capture du CO2 de Saint-Félicien a été financée en partie par des investissements de Technologies du développement durable Canada (TDDC) et du programme Technoclimat du gouvernement du Québec ainsi que par un prêt de Développement économique Canada (DEC).

Le 29 avril 2019, la Société a annoncé que la réussite de la mise en service de l’unité de capture du CO2 située à l’usine de pâte de Produits forestiers Résolu à Saint-Félicien, Québec, constitue une étape importante dans l’objectif de monétisation de la technologie exclusive de capture du CO2 de la Société. Compte tenu du retard de livraison de certains composants et des conditions climatiques difficiles qui ont affecté l’installation de l’équipement au cours de l’automne et de l’hiver, le projet a été complété plus tard que prévu et, en raison de ces retards, des coûts additionnels imprévus liés à l’équipement et des variations du cours du dollar américain au dollar canadien, la Société estime que le coût total du système de capture du CO2 complété et de son équipement auxiliaire pourrait atteindre 11,1 M$, soit environ 2,6 M$ de plus que l’estimation initiale fournie en octobre 2017 par ses ingénieurs consultants. Dans ces circonstances, compte tenu de la situation de trésorerie actuelle de la Société, aggravée par ce dépassement de coûts, CO2 Solutions évalue actuellement d’autres options de financement (voir l’annonce « comité spécial » ci-dessous). Il est à noter que même à ce niveau d’investissement plus élevé (« capex »), l’unité de capture de Saint-Félicien devrait être rentable et il est attendu que son profil de coûts d’exploitation confirmera les estimations concurrentielles d’exploitation et d’investissement de la technologie enzymatique à grande échelle de la Société. L’unité de CO2 Solutions complétée est seulement la deuxième unité commerciale de capture du carbone au Canada et le premier projet du genre utilisant une technologie de deuxième génération. La direction de la Société est persuadée que la réussite de cette unité constituera un tremplin important pour les projets futurs à la même échelle et à plus grande échelle.

Dans le cadre de la phase de mise en service a mandaté Tetra Tech, une firme indépendante de services d’ingénierie-conseil, pour examiner l’efficacité opérationnelle de l’Unité et produire un rapport d’audit de performance (l’« Audit »). La Société cherchait notamment à valider la capacité nominale de l’Unité de 30 tonnes de CO2 par jour et de la capacité pour l’usine de pâte de répondre à tous les besoins thermiques de l’unité avec seulement de l’énergie résiduelle de faible teneur (c.-à-d. de l’eau chaude).

L’Audit a confirmé que :

  1. L’Unité et ses composants sont dimensionnés adéquatement pour produire au moins 30 tonnes de CO2 par jour dans des conditions normales de fonctionnement.
  2. La quantité d’énergie thermique requise par le rebouilleur de l’Unité est de seulement 2,4 GJ/tonne de CO2.
  3. L’énergie thermique requise est entièrement fournie par l’usine de pâte par une source énergétique résiduelle et à faible teneur (c.-à-d. de l’eau chaude) à valeur nulle et qui n’a aucune incidence sur le bilan énergétique de l’usine.
  4. La quantité d’électricité requise pour faire fonctionner l’Unité se traduit par un coût de seulement 7,35 $ CAN/tonne de CO2 (ou moins de 5,00 $ US/tonne- CO2).


En plus de ces excellents résultats confirmés par l’Audit, la Société a enregistré deux autres résultats d’exploitation importants au cours de cette période de mise en service ; le premier est lié à la demi-vie des enzymes (c.-à-d. la durabilité) et le second à la qualité du CO2 produit pour livraison à la serre.

En ce qui concerne la demi-vie des enzymes la configuration de l’Unité a permis de doubler la demi-vie de l’enzyme par rapport à ce qui avait été observé dans les démonstrations à grande échelle précédentes de la technologie de la Société. Ce gain est le résultat des modifications apportées au procédé à la suite de la démonstration de Valleyfield en 2015 et démontre clairement le potentiel de la technologie enzymatique de la Société à réduire davantage ses coûts.

En ce qui concerne la qualité du CO2, une analyse des échantillons prélevés de l’Unité a confirmé son haut degré de pureté, qui se situe bien en deçà des lignes directrices rigoureuses exigées par les exploitants de serres. Ce niveau de pureté a été obtenu même si l’unité tire un gaz de combustion brut et non traité du four à chaux de l’usine de pâte, qui imite des conditions semblables à celles que l’on retrouve dans les cimenteries et autres applications industrielles. 

Puisque l’unité de capture a désormais atteint sa capacité nominale, tel que prévu au contrat, une période de démonstration de six mois a débuté, après quoi la Société prévoit générer des revenus de la vente du CO2 capté à la serre Serres Toundra. Cette unité de Saint-Félicien est la deuxième unité de capture de CO2 en exploitation de la Société et sa première unité commerciale. Le projet de Saint-Félicien, une fois terminé, procurera plusieurs avantages à ses parties prenantes, qu’il s’agisse de générer des revenus pour CO2 Solutions, de réduire les émissions de CO2 de l’usine de pâte de Résolu ou de favoriser la production serricole de la Serres Toundra. Grâce à la réussite de ce projet, CO2 Solutions continue de susciter un vif intérêt de la part des entreprises du monde entier à la recherche d’une technologie de capture du CO2 rentable et respectueuse de l’environnement.

Mise à jour sur le projet VCQ

Le projet VCQ dirigé par la Société est le plus complet au monde. Les objectifs du projet, qui a débuté en février 2017, sont de développer et faire la démonstration de solutions complètes et commercialement viables pour la capture et l’utilisation du CO2 dans plusieurs applications tout en réduisant les gaz à effet de serre (« GES »).

En raison de la situation actuelle de la Société susmentionnée, le projet VCQ a été suspendu dans l’attente de l’obtention de financement supplémentaire.

CO₂ Solutions annonce la création d’un comité spécial par le conseil d’administration pour examiner les options stratégiques

Le 1er avril 2019, la Société a annoncé que son conseil d’administration avait nommé un comité spécial (le « comité spécial ») chargé d’examiner toutes les options stratégiques qui s’offrent à la Société. Le comité spécial est composé de membres indépendants du conseil d’administration de la Société, soit Kimberley Okell, Jocelyn Proteau et Glenn Kelly, ce dernier agissant comme président du comité spécial. Dans le cadre de ce processus de révision, la Société a retenu les services des avocats de Langlois et d’Ernst & Young qui agiront à titre de conseillers.

Afin de donner une marge de manœuvre suffisante au Comité spécial afin de procéder à son examen, la Société a immédiatement réduit ses activités d’exploitation jusqu’à ce que la situation financière de la Société permette de les reprendre. Actuellement, le Comité spécial a lancé un processus lui permettant d'évaluer diverses alternatives stratégiques, avec l'appui de ses conseillers financiers et juridiques.

Sommaire des résultats financiers

Produits

La Société n’a enregistré aucun produit pour la période de trois mois close le 31 mars 2019 et 0,01 M$ pour la même période en 2018. Pour les périodes de neuf mois closes les 31 mars 2019 et 2018, la Société a enregistré 0 $ et 0,03 $ million respectivement. Les fonds provenant de subventions ou d’ententes de subvention signées avec des organismes gouvernementaux fédéraux ou provinciaux ne sont pas traités comme des produits. Ces montants servent plutôt à diminuer les frais de recherche et de développement pour la période au cours de laquelle la contribution est réclamée et comptabilisée (voir Frais de recherche et de développement ci-dessous).

Frais de recherche et de développement

Les frais de recherche et de développement, avant crédits d’impôt et aide publique, ont augmenté de 0,35 M$ pour atteindre 2,60 M$ pour la période de trois mois close le 31 mars 2019, comparativement à 2,25 M$ pour la même période en 2018. L’augmentation au cours du trimestre par rapport à l’année précédente reflète la variation des activités du projet VCQ et de la réalisation du projet Saint-Félicien. Ces frais varient en fonction de la phase de développement et du niveau d’activité des projets en cours entrepris par la Société.

Pour la période de neuf mois close le 31 mars 2019, les frais de recherche et développement, avant crédits d’impôt et aide publique, ont augmenté de 6,00 M$ pour atteindre 13,84 M$ comparativement à 7,84 M$ pour la même période de l’année précédente. Comme expliqué plus haut, cette augmentation reflète l’augmentation du volume des activités de recherche et développement associées aux projets VCQ et Saint-Félicien.

Les crédits d’impôt provinciaux en recherche et développement comptabilisés au cours du trimestre ont été de 0,21 M$ et de 0,44 M$ pour la période de neuf mois close le 31 mars 2019.

Frais généraux et administratifs

Les frais généraux et administratifs ont totalisé 0,65 M$ pour la période de trois mois close le 31 mars 2019, comparativement à 0,51 M$ pour la même période en 2018, soit une augmentation de 0,14 M$. Cette augmentation nette est principalement liée à une augmentation de 0,19 M$ des frais de déplacement, représentation et publicité et autres frais généraux de bureau, compensée par une diminution de 0,05 M$ de l’amortissement des brevets.

Les frais généraux et administratifs ont totalisé 2,05 M$ pour la période de neuf mois close le 31 mars 2019, comparativement à 1,69 M$ pour la même période en 2018. Cette augmentation nette de 0,36 M$ est principalement liée à une augmentation nette des frais de déplacement, représentation et  publicité et autres frais généraux d’administration.

Perte et perte globale pour le trimestre

La Société a enregistré une perte de 2,45 M$, ou 0,02 $ par action, pour la période de trois mois close le 31 mars 2019, soit une augmentation de 1,97 M$ comparativement à une perte de 0,49 M$, ou 0,00 $ par action, pour la même période en 2018. Pour la période de neuf mois close le 31 mars 2019, la Société a enregistré une perte de 7,79 M$ ou 0,05 $ par action, soit une augmentation de 5,46 M$ par rapport à la perte de 2,33 $, ou 0,02 $ par action, pour la même période en 2018. Aucun facteur important, autre que ceux décrits ci-dessus, n’a contribué à la variation de la perte pour les périodes de trois ou de neuf mois.

Liquidités et situation financière

Au 31 mars 2019, la Société avait un solde total en trésorerie et équivalents de trésorerie de 1,45 M$ et un fonds de roulement négatif (actif à court terme moins passif à court terme) de 10,40 M$.

Les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités pour les périodes de neuf mois closes les 31 mars 2019 et 2018, les notes annexes et le rapport de gestion pour la période close le 31 mars 2019, ainsi que des renseignements additionnels concernant la Société, sont disponibles sur SEDAR au www.sedar.com.

Continuité d’exploitation

Jusqu'à présent, la Société a financé ses activités en grande partie au moyen des flux de trésorerie provenant d’ententes de collaboration en matière de développement technologique, de l’émission d’actions ordinaires ou de titres convertibles et de l’aide publique.

Au 31 mars 2019, la Société avait un déficit accumulé de 47 748 114 $ comparativement à 40 344 343 $ au 31 mars 2018. En plus des besoins en fonds de roulement, la Société doit assurer un financement suffisant pour répondre à ses engagements de dépenses d'investissement et d’exploitation liés à ses projets de recherche et de développement ainsi que ses frais généraux et ses dépenses administratives. Au 31 mars 2019, la Société présentait un fonds de roulement déficitaire de 10 402 657 $ comparativement à 3 867 536 $ à la même période l'année précédente. Le fonds de roulement déficitaire comprend la trésorerie et les équivalents de trésorerie de 1 447 725 $ (8 124 284 $ en 2018) et de 5 880 325 $ en subventions différées (9 188 973 $ en 2018). Au 31 mars 2019, la direction estime que ces fonds actuels à eux seuls ne seraient pas suffisants pour permettre à la Société de poursuivre ses activités au cours des douze prochains mois et compte tenu particulièrement de l’augmentation des coûts liés au projet de Saint-Félicien.

À travers la création d’un Comité spécial et, à travers des événements actuels et des discussion avec des partenaires financiers potentiels et les organismes provinciaux et fédéraux, la direction de la Société cherche activement à réunir les capitaux nécessaires pour répondre à ses besoins de financement. Toutefois, rien ne garantit que les plans de la direction ou les négociations en cours soient fructueux. Jusqu’à ce que le financement, à des conditions acceptables pour la Société, puisse être confirmé ou que des négociations avec des partenaires financiers potentiels soient conclues avec succès, la Société a commencé à limité les projets en cours et le travail de développement et a réduit ses coûts d’exploitation

Par conséquent, ces conditions ont donné lieu à une incertitude qui pourrait jeter un doute important sur la capacité de la Société à poursuivre son exploitation avec une hypothèse de continuité et, par conséquent, la pertinence de l’utilisation de la norme IFRS applicable à hypothèse de continuité, comme décrit dans le paragraphe suivant.

Si la Société n’est pas en mesure de poursuivre ses activités, les montants réalisés à l’égard des actifs pourraient être inférieurs aux montants présentés dans les états financiers consolidés intermédiaires résumés de la Société.

Les états financiers consolidés intermédiaires résumés de la Société ne tiennent pas compte de l’ajustement de la valeur comptable des actifs et passifs, des charges et du classement des postes de l’état consolidé de la situation financière qui seraient nécessaires si l’hypothèse de continuité s’avérait inappropriée. Ces ajustements pourraient être importants.

À propos de CO2 Solutions

CO2 Solutions est une société innovatrice dans le domaine de la capture du carbone à l’aide d’enzymes. Elle travaille activement au développement et à la commercialisation d’une technologie pour les sources stationnaires de pollution au carbone. La technologie de CO2 Solutions réduit les coûts associés à la capture, séquestration et réutilisation du carbone (CSRC) pour en faire un outil viable de réduction du CO2 et permettre à l’industrie d’en tirer de nouveaux produits rentables. CO2 Solutions a bâti un vaste portefeuille de brevets liés à l’utilisation de l’anhydrase carbonique pour la capture postcombustion efficace du dioxyde de carbone au moyen de solvants aqueux à faible énergie. Pour plus de renseignements sur l’entreprise, consultez le site www.co2solutions.com.

Énoncés prévisionnels de CO2 Solutions

Certains énoncés du présent communiqué de presse peuvent être de nature prévisionnelle. Ces énoncés portent sur des événements futurs tels que (i) les projets de la Société, y compris leurs coûts, leur rentabilité, leur rendement, leur potentiel, leur progression et leurs avantages, (ii) les produits, activités, dépenses et besoins en capital prévus de la Société, (iii) la capacité de la Société à poursuivre son exploitation, (iv) les développements prévus dans l’exploitation de la Société, (v) le caractère adéquat des ressources financières et (vi) les autres événements ou conditions pouvant survenir dans le futur et reflètent les hypothèses et attentes courantes de la direction. Les énoncés prévisionnels sont souvent, mais pas toujours, identifiés par des termes comme « s’attend », « prévoit », « croit », « a l’intention », « estime », « prédit », « potentielle », « ciblée », « planifie », « possible », et des expressions similaires, ou par des énoncés stipulant que les événements, les conditions ou les résultats « seront », « peuvent », « pourraient » ou « devraient » se produire ou être atteints.

Les facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces énoncés prospectifs comprennent, sans toutefois s’y limiter, (i) la disponibilité du financement, (ii) les incertitudes commerciales et économiques générales, (iii) les événements de tiers et les conditions défavorables du marché, et (iv) le caractère adéquat des liquidités disponibles de la Société ainsi que les risques énoncés dans les documents publics déposés sur SEDAR. Les énoncés prospectifs de la Société sont fondés sur les convictions, les attentes et les opinions de la direction à la date où ils sont faits. Par conséquent, tous les énoncés prévisionnels formulés dans le présent communiqué de presse comprennent des risques et des incertitudes connus et inconnus qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent de façon importante des résultats explicites des présents énoncés prévisionnels.

Le lecteur est mis en garde de ne pas se fier indûment à ces énoncés prévisionnels. Sauf lorsque requis par les lois canadiennes sur les valeurs mobilières, CO2 Solutions n’assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement ses énoncés prévisionnels, que ce soit à la suite de changements de circonstances, de nouvelles informations, d’événements futurs ou pour toute autre raison.

- 30 -
 

Relations avec les investisseurs et rapports avec les médias :

CO2 Solutions
Jérémie Lavoie
418-842-3456, poste 223
[email protected]
www.co2solutions.com


La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l’exactitude du présent communiqué.

tél : 418.842.3456 fax : 418.842.1732
Information générale: [email protected]