VCQ - CO2 plus

Culture en serre

APPLICATION DE CAPTURE ET DE RÉUTILISATION DIRECTE DE CO2

Le dioxyde de carbone est un élément essentiel de la photosynthèse et, de ce fait, un produit vital pour la culture en serre. Afin de générer un rendement profitable, les producteurs serricoles vont jusqu’à tripler le taux normal de CO2 dans l’air ambiant, ce qui peut augmenter la production d’environ 50 % dans la plupart des cas.1 La technologie du poumon industriel de CO2 Solutions permet de leur assurer un approvisionnement sûr.

Traditionnellement, le CO2 utilisé pour la culture en serre est obtenu par la combustion de gaz naturel ou autre  combustible fossile dans des générateurs de CO2 conçus pour cet usage spécifique. Après leur combustion complète, les gaz sont introduits directement dans la serre. Ce procédé présente deux inconvénients. Le premier est que le gaz naturel produit de l’humidité durant sa combustion, ce qui peut être un désavantage pour la culture de certaines plantes. Le second est que si la combustion n’est pas complète, certains contaminants peuvent trouver leur chemin jusque dans les serres durant le processus, ce qui peut avoir un effet néfaste sur la culture.

De la combustion à la livraison

Pour éviter ces inconvénients, plusieurs producteurs serricoles choisissent d’utiliser du CO2 pur pour leurs cultures. Le gaz est alors livré à leurs installations par camion sous forme liquide. Cette forme d’approvisionnement est devenue populaire chez les producteurs parce qu’elle leur procure des avantages appréciables tels que l’élimination du risque de dommages aux cultures, l’absence d’humidité causée par la combustion, un contrôle plus précis du taux de CO2 introduit dans les serres et plus de flexibilité pour utiliser le gaz carbonique selon les besoins. L’inconvénient d’avoir recours à un fournisseur externe est le coût plus élevé du CO2 livré sous forme liquide que celui produit par la combustion du gaz naturel.2

Optimisation et résolution

La technologie de capture du carbone de CO2 Solutions peut résoudre les inconvénients des deux types d’approvisionnement, car elle permet de capter, à une concentration plus élevée et à moindre coût, le CO2 produit par la combustion sur place de gaz naturel ou d’un autre combustible fossile. Si le producteur serricole est situé à proximité d’une source stationnaire émettrice d’effluents polluants, le procédé peut même capter et traiter ces gaz afin d’en extraire le CO2 pour le réutiliser. Une source de pollution environnante peut ainsi être transformée en source économique d’approvisionnement de gaz carbonique au bénéfice du producteur ainsi que de la communauté qui profite d’une réduction de la pollution locale.

1 Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, Le gaz carbonique dans les serres, décembre 2002, (http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/facts/00-078.htm).
2 Ibid

tél : 418.842.3456 fax : 418.842.1732
Information générale: [email protected]