Applications

twitter linkedin youtube facebook 0


Récupération assistée des hydrocarbures

La récupération assistée des hydrocarbures (RAH) à l’aide de CO2 consiste à injecter du CO2 à l’état pur dans de vieux puits de pétrole pour les pressuriser et augmenter temporairement leur production. Cette pratique date de plusieurs décennies, provenant du bassin Permien du Texas de l’Ouest, la plus importante superficie de production à ce jour. Lors du procédé, le CO2 se mélange avec le pétrole brut (phase miscible). Cette phase a une viscosité moins élevée que le pétrole brut qui, lorsque combinée à une pression plus élevée, coule au puits de production. Cet effet pourrait se comparer à un mélange de CO2 et de bicarbonate de soude d’échappant d’une bouteille de boisson gazeuse qui a été secouée. Ce mélange « pétillant » de CO2 et de pétrole brut est ensuite séparé et le CO2 est recyclé et réinjecté avec du CO2 « frais ». En général, en utilisant les techniques conventionnelles de RAH, pour chaque tonne de CO2 injecté, environ deux barils de pétrole additionnels sont produits.1 En outre, environ 30 % du CO2 injecté demeure séquestré de façon permanente.

Au Canada, il existe d’importantes réserves qui pourraient être exploitées par la RAH avec CO2 en Saskatchewan et dans l’est de l’Alberta. Une analyse menée par l’Integrated CO2 Network (ICO2N) révèle que ces régions pourraient utiliser environ 1 milliard de tonnes de CO2 au cours de la vie des champs de pétrole selon le CO2 qui pourrait être disponible à partir de sources anthropiques locales.4

Aux États-Unis, les opérations de RAH existantes consomment environ 50 millions de tonnes de CO2 par année et produisent près de 110 millions de barils de pétrole lourd dans des lieux allant du Wyoming et du Dakota du nord à la Louisiane et au Mississippi, et pour lesquels la plus grande partie du CO2 provient de formations géologiques naturelles.5 Selon une étude récente effectuée par la firme de consultation en RAH « Advanced Resources International », la production américaine devrait plus que doubler en 2020 pour atteindre 640 000 barils par jour. Ceci nécessiterait environ 117 millions de tonnes de CO2 par année.6

En raison de la raréfaction des sources naturelles de CO2 jumelé à une demande croissante, les producteurs pétroliers se tournent de plus en plus vers les sources anthropiques, pour lesquelles une technologie économique de capture du carbone peut offrir une occasion substantielle pour la récupération rentable des hydrocarbures. Ainsi, la technologie de CO2 Solutions est bien positionnée pour servir cet important marché en croissance.

 

1 U.S. Department of Energy National Energy Technology Laboratory, Next Generation CO2 Enhanced Oil Recovery, February, 2014 (no URL available)
2 Alberta Innovates, Barriers to CO2 Enhanced Oil Recovery in Alberta, October, 2013 (http://www.ptac.org/attachments/1183/download)
3 U.S. Department of Energy National Energy Technology Laboratory, Next Generation CO2 Enhanced Oil Recovery, February, 2014
4 ICO2N, A Carbon Capture and Storage Deployment Plan for Saskatchewan, September, 2013 (http://www.ico2n.com/wp-content/uploads/2010/10/A-CCS-Deployment-Plan-for-Saskatchewan-.pdf)
5 U.S. Department of Energy National Energy Technology Laboratory, Next Generation CO2 Enhanced Oil Recovery, February, 2014
6 Advanced Resources International, Inc., The CO2-EOR Oil Recovery and CO2 Utilization “Prize”, April, 2014 (no URL available)
7 Ibid